Groupe Dauphinoise : « avec Ludiagri, nous avons pris conscience de nos points forts et de nos points d’amélioration »

4 décembre 2019

Benjamin Latte, directeur des ressources humaines du Groupe Dauphinoise, explique comment Ludiagri, le serious game du Groupe AGRICA sur le stress et les risques psychosociaux, a permis de poser les bases d’une démarche ambitieuse de prévention et d’amélioration des conditions de travail.

L’an dernier, vous avez déployé le diagnostic en ligne Ludiagri. Quelles étaient vos motivations ?

Le monde agricole vit actuellement un période de transformation accélérée. Les salariés, en général, sont davantage en quête de sens dans leur travail, ce qui impacte le quotidien de notre Groupe. Nous avons voulu analyser de manière approfondie la perception des salariés de leur situation de travail, dans l’objectif de mettre en place une démarche de prévention.

En janvier 2018, l’équipe prévention du Groupe AGRICA, à qui nous venions de confier la gestion de notre nouveau contrat prévoyance et santé pour toutes nos filiales, nous a conseillé de commencer notre démarche d’analyse par un état des lieux global du stress au travail et nous a proposé son serious game Ludiagri.

Comment s’est passé le déploiement ?

Nous avons lancé Ludiagri au printemps 2018 auprès de 900 salariés du Groupe Dauphinoise. Nous avons obtenu un taux de réponse de près de 40 % que nous avons jugé très satisfaisant : les deux-tiers d’entre eux ne disposaient pas de postes informatiques dédiés, ce qui représentait un vrai frein. Les résultats obtenus ont mis en avant nos points forts – comme la diversité des tâches de travail ou la cohésion des équipes -  et nos points d’amélioration… qui n’étaient pas forcément ceux que l’on attendait, comme l’environnement physique du travail. La charge de travail est aussi apparue comme un facteur de risques.

Quelles ont été les préconisations faites ?

Le diagnostic a mis en évidence quatre axes d’actions prioritaires : mettre en place une communication interne plus efficace, consulter davantage les salariés, lutter contre l’obsolescence ou l’inadéquation du matériel, fidéliser le capital humain de l’entreprise. Ces quatre axes ont été traduits dans un programme baptisé Interagir, lancé en janvier 2019 avec l’ARACT, l’agence régionale pour l’amélioration des conditions de travail, et cofinancé par AGRICA. Une vingtaine de salariés ont été formés et en sont les référents, et un comité de pilotage s’est constitué.

En quoi consiste ce programme ?

C’est une démarche d’amélioration continue qui, à partir d'un diagnostic, consiste à analyser des situations de travail à risques et cherche comment les améliorer. Ludiagri a généré un vrai changement de culture d’entreprise. Les collaborateurs parlent aujourd’hui de la manière dont ils vivent leur travail en l’abordant dans ses aspects organisationnels et non plus, comme auparavant, du seul point de vue technique. C'est totalement nouveau.

C’est donc une démarche de prévention que vous allez poursuivre ?

Oui, tout à fait, d’autant plus qu’en janvier 2020, nous allons proposer à nos adhérents de fusionner avec la coopérative Terre d’Alliance pour créer un nouveau groupe de 2 000 collaborateurs, Oxyane. Nous voulions absolument que le programme Interagir soit lancé avant la fusion, non seulement pour être mieux armés pour résoudre les problématiques que ne manquera pas de créer une fusion, mais aussi pour rassurer les collaborateurs sur le fait que leur bien-être est une vraie préoccupation, au-delà des seules considérations économiques. Dans le recrutement ou la fidélisation des collaborateurs, les attentes en la matière sont maintenant au premier plan.

Pour conclure, conseilleriez-vous Ludiagri à d’autres entreprises ?

Oui, car dans des secteurs comme les nôtres, qui peuvent connaître des difficultés à recruter, il est important de comprendre pourquoi les collaborateurs peuvent être moins motivés et quelle est la nature du déphasage entre les postes proposés et les attentes. Nous sommes des entreprises anciennes, cela nécessite de s’adapter. Une direction RH peut vraiment faire évoluer l’entreprise grâce à ce type de démarche mais à la condition de ne pas le faire à la légère, au risque de créer de la déception.

Pour notre part, dès le début, nous nous sommes nourris de l’expertise d’AGRICA en matière de prévention. Nous avons été très satisfaits de la qualité de l’accompagnement de l’équipe support. C’est un partenariat gagnant-gagnant : si nous réussissons dans cette démarche, ce sera au profit de nos contrats santé sur le long terme.

Le Groupe Coopératif Dauphinoise est un acteur important du paysage économique de la grande région Rhône-Alpes, qui intervient dans de nombreux métiers : collecte grains, production de semences, agrofourniture, fabrication d'aliments du bétail, logistique, production et commercialisation d'œufs...

Chiffres-clés :

  • 440 millions de chiffre d’affaires consolidé
  • 1 500 collaborateurs
  • 385 000 t collectées
  • 75 silos
  • 76 magasins grand public
  • 3 usines d'aliment du bétail
  • 1 milliard d'oeufs commercialisés

Ludiagri est un serious game, conçu par AGRICA pour dresser un état des lieux du bien-être et de la qualité de vie au travail (QVT) dans l’entreprise, en se basant sur l’évaluation des risques psycho-sociaux (RPS). Il se présente sous la forme d’un parcours en ligne qui aborde de manière ludique et simple les différentes conséquences du stress au quotidien. A la fin de chaque module, les salariés répondent à une série de questions de manière anonyme. Une fois consolidées, les réponses sont analysées et donnent lieu à des préconisations d’actions adaptées, en fonction des points forts et des points d’amélioration identifiés.