Plan d’épargne retraite multisupports : « La grande force du produit est de donner au bénéficiaire le choix de son mode de gestion »

18 octobre 2022

Éric Gérard, directeur général adjoint du Groupe AGRICA analyse les caractéristiques du PER multisupports qui remplace désormais le régime de retraite supplémentaire CCPMA. Un produit plus souple et plus dynamique pour une meilleure optimisation de l’épargne.

À la demande des pouvoirs publics, vous avez mis en place le 1er juillet un PER, un Plan d’épargne retraite multisupports. Quelle différence avec le régime de retraite supplémentaire ?

Auparavant, les salariés du monde agricole, notamment des organismes professionnels agricoles, que ce soient les services ou les coopératives, disposaient d’un produit d’épargne mono-support relativement simple : des cotisations de l’employeur et du salarié, complétées éventuellement par des versements individuels, placées sur un fonds euros unique pour constituer une rente au moment du départ à la retraite.

Le PER multisupports, lui, propose sept fonds différents qui viennent compléter ce fonds euros. Ces fonds, ce sont des paniers qui sont constitués d’obligations, de produits, de taux, d’actions qui permettent d’escompter, grâce à une gestion plus dynamique, des performances* plus importantes. C’est l’une des différences la plus significative entre les deux produits.

Est-ce que le salarié pourra gérer librement son épargne retraite ?

La grande force du PER multisupports, c’est de donner la faculté au bénéficiaire de choisir son mode de gestion. Soit il est à même de gérer ses avoirs et il choisit de bénéficier d’une gestion libre, avec des arbitrages possibles à tout moment, soit il veut être accompagné, parce qu’il considère qu’il n’a pas la culture financière suffisante. Il choisit dans ce cas la gestion pilotée à horizon. L’horizon, c’est celui du départ à la retraite. En fonction du temps qui lui reste jusqu’à la retraite, il va bénéficier de plus ou moins de dynamisme sur ses placements. Si c’est un jeune salarié, son épargne sera orientée majoritairement sur des fonds actions car il peut escompter un meilleur rendement sur la durée. Plus il va avancer en âge, plus ses avoirs seront sécurisés.

Le salarié pourra-t-il profiter plus facilement de son épargne par anticipation ?

Oui, le produit propose un certain nombre de modalités de sortie par anticipation. Dans des
situations graves comme l’invalidité, le décès du conjoint, d’un enfant, le salarié pourra récupérer par anticipation toute l’épargne qui a été constituée. La nouveauté, c’est aussi la faculté de débloquer une partie de l’épargne - à savoir l’épargne issue de ses versements individuels - pour l’achat de sa résidence principale,

Et au moment du départ à la retraite, pourra-t-il plus facilement sortir son épargne en capital ?

Même si la vocation du produit est d’apporter une rente, l’épargnant pourra sortir plus facilement en capital puisque le seuil minimum est porté à environ 100 euros par mois de rente, alors que l’ancien seuil était de 40 €. Prenons des chiffres pour bien faire comprendre les choses : une rente mensuelle de 40 euros, c’est environ 13 500 euros d’épargne constituée. Une rente mensuelle de 100 euros, c’est 38 000 euros. Ce qui veut dire que l’épargnant qui a moins de 38 000 euros, pourra désormais les récupérer en capital.

Même si la vocation du produit est d’apporter une rente, l’épargnant pourra sortir plus facilement en capital.

L’épargnant peut-il gérer son PER directement sur son téléphone, son ordinateur ou sa tablette ?

Tout à fait, le Groupe AGRICA avait la volonté de recourir à un outil qui rend toutes ces opérations possibles quasiment en temps réel. Les comportements se digitalisent, ces solutions sont désormais incontournables !

Tous les bénéficiaires de l’ancien régime de retraite supplémentaire ont désormais accès au nouveau PER ?

Oui, tous les bénéficiaires, c’est-à-dire environ 285 000 salariés, disposent aujourd’hui du nouveau dispositif et leur épargne a été transférée de l’ancien produit vers le nouveau. Tous ont reçu deux courriers : un premier comprenant leur identifiant pour se connecter au site Internet ; le second, leur code individuel et personnel. Ils accèdent alors à toutes leurs informations, peuvent constater en temps réel le montant de leur épargne, procéder aux opérations d’arbitrage ou réaliser des versements volontaires.

Cet article est une synthèse de l’interview d’Éric Gérard, directeur général adjoint du Groupe AGRICA menée par le journaliste Pascal Berthelot le 14 septembre 2022 lors du SPACE, le salon des professionnels de l’élevage à Rennes. L’intégralité de l’interview est à retrouver sur notre chaîne YouTube.


* L’Institution garantit le montant net investi sur le fonds en euros et s’engage uniquement sur le nombre de parts investi pour les unités de compte et non sur leur valeur. Les montants investis en unités de compte sont sujets à des fluctuations à la hausse comme à la baisse selon l’évolution des marchés financiers. Ces variations de valeurs, lorsqu’elles sont à la baisse, peuvent entrainer une perte de capital intégralement supportée par l’épargnant.